• L’expertise des apprenants et des formateurs au service de la lutte contre l’illettrisme dans un atelier européen

    A découvrir : le témoignage d’une participante à l’atelier Grundtvig «Formation-Action-Recherche » organisé en avril 2014 à Bruxelles par Lire et Écrire, paru dans le dernier numéro du magazine du GIP Lorraine Parcours Métiers, ainsi que le compte rendu détaillé de l’atelier.

  • Semaine du 8 septembre 2014 : premières Journées nationales d’action contre l’illettrisme

    Dans le prolongement de la grande cause nationale 2013, l’ANLCI propose, tout au long de l’année 2014, de labelliser des événements et des manifestations qui contribuent à la prévention et à la lutte contre l’illettrisme en région.

  • 29 et 30 septembre 2014 : colloque franco-belge « Illettrisme et construction de soi » (Reims)

    La formation pour adultes ainsi que l’enseignement à l’école ne sont pas seulement des moyens d’acquisition de connaissances et de qualifications, mais également le lieu du développement social et personnel.

  • Le niveau des acquis des élèves en début de CE2 a régressé en 14 ans

    Les progrès observés à l’entrée au CP entre 1997 et 2011 ne sont pas confirmés, a annoncé la DEPP dans une note parue le 27 mai dernier.

La formation des salariés en insertion dans l’IAE (insertion par l’activité économique)

Version imprimableEnvoyer à un ami

Une enquête dresse un état des lieux et identifie les freins au développement de la formation professionnelle dans le secteur de l’IAE. Elle montre que ces salariés se forment essentiellement aux savoirs de base et aux compétences clés.

Les SIAE (structures d’insertion par l’activité économique) sont au cœur des dynamiques de formation. Les salariés en insertion suivent des formations plus longues que ceux du secteur privé, mais leur taux d’accès est nettement inférieur. Tel est l’un des constats dressés par l’Avise dans une enquête diligentée en 2011 par la DGEFP et rendue publique en mars 2012.
Il ressort de l’enquête que toutes les entreprises du secteur ne forment pas avec la même intensité. Si 100% des GEIQ (groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification) et 94% des ateliers et chantiers d’insertion forment leurs salariés, les entreprises d’insertion, les Entreprises de travail temporaire (ETT) d’insertion et les associations intermédiaires ne sont que, respectivement, 84%, 87,5% et 73% à le faire. De même l’enquête met en évidence de fortes disparités régionales. L’enquête montre que les salariés des IAE se forment essentiellement aux savoirs de base et aux compétences-clés. Elle pointe également qu’ils ont un accès limité aux formations qualifiantes et diplômantes.
Les entreprises avancent également des problèmes de financement : les coûts salariaux pendant la formation restent souvent à leur charge, et certaines actions comme le permis de conduire ne sont pas assez financées. 63% des SIAE peinent à identifier les financements dont elles peuvent bénéficier et seules 36% d’entre elles peuvent s’appuyer sur un responsable formation. Enfin l’offre de formation est pointée du doigt (contenu, modalités d’organisation, supports pédagogiques..).